La physiothérapie animale est une discipline de la médecine vétérinaire qui utilise un ensemble de techniques à des fins préventives ou curatives.

Lorsqu’un animal est traité au centre Alforme avec pour objectif de rétablir une fonction lésée, on parlera de rééducation fonctionnelle.

La physiothérapie de l’homme à l’animal


Les bénéfices de certaines techniques de physiothérapie utilisées aujourd’hui ont commencé à être compris et appliqués chez l’Homme dès l’antiquité.

Les techniques de rééducation fonctionnelle se sont ensuite multipliées au cours des années. Ces techniques sont aujourd’hui des outils indispensables à la gestion des animaux qui souffrent de troubles fonctionnels :

  • Gériatriques
  • Orthopédiques
  • Neurologiques
  • Liés à une pratique sportive

En France, c’est à l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, à l’Unité de Médecine de l’Elevage et du Sport, sous l’égide du Pr Grandjean, que la première piscine pour chiens a été construite en 1996 afin d’en étudier les effets sur les chiens de sport et de travail.

Depuis 2005, la demande des propriétaires d’animaux pour traiter des pathologies diverses et variées dans le pays ne cesse d’augmenter.

Des espèces comme le chat ou des affections plus complexes commencent à pouvoir être prises en charge grâce à des techniques de rééducation fonctionnelle de plus en plus variées et adaptées à l’individu.

Les techniques de physiothérapie


Même si l’hydrothérapie est la technique de physiothérapie la plus connue et la plus courante, de nombreuses autres techniques, adaptées de la médecine humaine, existent :

  • Le chaud/froid : il existe plusieurs façons de produire des sources de chaud/froid, des plus simples (poches de gel) aux plus complexes (chaud par rayonnement infrarouge ou froid gazeux), le but étant toujours de créer un écart de température sur les tissus traités, avec des effets variés. C’est ce qu’on appelle la thermothérapie.
  • L’eau : l’utilisation de l’eau (hydrothérapie) peut se faire de diverses façons : bains, jacuzzi, piscine ou tapis roulant aquatique. C’est souvent l’effet porteur de l’eau qui est recherché et qui permet certains mouvements de l’animal, qui seraient impossibles au sec. La température de l’eau va en déterminer les effets thermiques.
  • Les techniques manuelles et de mobilisation : ceci regroupe l’ensemble des techniques de massage, mais aussi les mobilisations passives (mouvements passifs de l’animal tels que les étirements) et actives (mouvements volontaires de l’animal, sur un tapis roulant ou sur des exercices de recherche d’équilibre par exemple). On parlera de kinésithérapie.
  • L’électricité : ce sont toutes les techniques basées sur le courant électrique (électrothérapie). Elles sont nombreuses et on peut citer l’électrostimulation ou les ultrasons, les ondes de choc, le laser qui sont des dérivés de l’électricité.

Chaque technique de rééducation fonctionnelle possède ses indications et permet de traiter les diverses lésions de l’animal.

Des objectifs thérapeutiques multiples


La physiothérapie permet tout d’abord de prévenir de nouvelles affections, car elle :

  • Ralentit l’évolution de l’arthrose (dans le cas d’articulations dysplasiques ou d’animaux déjà arthrosiques) grâce à un renforcement musculaire.
  • Permet de corriger le déséquilibre gauche/droite et de retrouver une démarche correcte plus rapidement
  • Evite dans certains cas une chirurgie (ex : dysplasie modérée) et parfois dans les cas extrêmes une amputation (ex : déficits neurologiques non évolutifs).
  • Accélère la perte de poids et la transformation de graisse en muscle. Ceci autorise l’animal à reprendre une activité physique avec moins de risque de traumatisme.

La rééducation fonctionnelle, quant à elle, offre une récupération optimale en :

  • Réduisant le temps de récupération et en améliorant sa qualité, ce qui peut autoriser l’animal à reprendre une activité sportive ou de travail.
  • Luttant contre les effets de l’immobilisation (fonte musculaire, raideur articulaire) chez les animaux souffrants de paralysie.
  • Soulageant davantage la douleur, en complément d’un traitement médicamenteux ou seule, sur des animaux trop âgés ou intolérants aux médicaments.
  • Stimulant de manière précoce le système nerveux, les circulations sanguine et lymphatique, pour limiter les œdèmes.
  • Améliorant le fonctionnement cardio-vasculaire et respiratoire de l’animal.

Un protocole de rééducation individualisé


Avant le début de toute rééducation fonctionnelle d’un animal, un diagnostic de l’affection est indispensable. Cela permet de préciser le pronostic et les bénéfices potentiels de la rééducation.

Ensuite, un examen de physiothérapie approfondi est réalisé par un vétérinaire. Il va préciser la nature et la gravité des lésions associées.

A l’issue, il établit avec le propriétaire les exercices à réaliser à la maison et les techniques de physiothérapie à utiliser en centre pour traiter l’animal.

Régulièrement, l’animal est ensuite revu par le vétérinaire pour évaluer ses progrès et adapter son protocole de rééducation fonctionnelle à sa nouvelle situation.


Prenons l’exemple de Vanda, une setter anglais de 11 ans, qui a eu une paralysie des 4 membres fin décembre 2014 suite à une atteinte de la moelle épinière en région cervicale. Elle nous a été présentée début janvier avec une incapacité complète à se relever, tenir debout ou même tenir en position couchée. Seuls quelques mouvements ont été notés sur l’antérieur et le postérieur gauche.

Sa prise en charge rapide au centre Alforme a permis de mettre en place un protocole de rééducation sur place et à domicile. Les propriétaires ont effectué un très gros travail en réalisant quotidiennement des massages, des mobilisations des pattes, de l’électrostimulation, un travail de l’équilibre, de la marche avec chariot. Nous les avons accompagnés 2 fois par semaine au centre Alforme avec des séances en tapis roulant aquatique et piscine.

Grâce à tous ces efforts et à ceux de Vanda, cette dernière a pu reprendre 3 mois après une vie normale auprès de ses congénères.